stop pub
Partager sur

Ni vous ni moi n’avons connu les débuts de la publicité, qu’elle soit affichée, radio ou télé diffusée. En revanche, les publicités font partie de mon quotidien comme du vôtre, a fortiori depuis l’avènement des réseaux sociaux qui en regorge,  de la plus drôle à la plus mensongère. Si nous ne sommes pas dupes sur son but et son impact sur nous, nous sommes peut-être quelques uns à nous interroger sur leur bien-fondé.

Lorsqu’une marque fait appel aux notions et tendances dans le vent, a-ton encore envie de céder à ses sirènes plutôt que d’approuver la qualité ou l’efficacité? Sommes-nous des consommateurs 3.0 ou encore accro à la réclame de pépé?

Le body positive

C’est une publicité qui a fait débat. une vulve qui parle, entre autres personnages, forcément, ça fait causer. En dehors du fait de choquer certains, d’insurger les autres, il s’agissait avant tout de vendre la dernière gamme « green » de la marque de serviettes hygiéniques parmi les plus vendues. « Osez tout » a finalement été retenu comme slogan.

Si je veux acheter un paquet de serviettes, mes faveurs iront à la marque la plus absorbante, la moins allergène, mais celle qui me promet que je pourrai tout oser en la collant dans ma culotte pour éviter que le sang de mes règles la tâche, non, franchement, ça ne marche pas.

Les millenials

Elle est toute nouvelle, c’est d’abord sa musique qui fait lever les yeux de nos petits écrans vers le plus grand. Puis tous les symboles qui vont avec, une troupe de jeunes de notre ère, colorés, heureux, divers et variés. La voix off, quant à elle, parle à leur place, avec le ton de la jeune génération. Il faut laisser « place au nouveau consommateur« , bannir la grande distribution, parce qu’on n’a peu de moyens et qu’on en a marre de voir tout en grand.

Il s’agit pourtant de faire consommer ce nouveau consommateur, votre fils, neveu, cousine de la génération Greta Thunberg dans un de ces casseurs de prix qui font flores depuis la fin des années 70. Difficile de voir plus petit, moins consumériste et plus « à taille humaine ».

Les stéréotypes de genre

Il était un temps où la corvée de lessive revenait aux lavandières, lesquelles ont disparu au grand dam de la mère Denis et de l’avènement du lave)linge. N’est restée de cette ère que l’attribution aux femmes du remplissage du tambour.

Ce temps est à son tour révolu puisque désormais, on lave son linge-sale en famille et on le montre. C’est ainsi qu’un grand lessivier fait du partage des tâches non seulement un habile jeu de mots, mais d’une tendance à l’égalité entre madame et monsieur, gommant au passage la frontière du genre au sein du foyer. Partager la corvée de lessive suffit-il au couple pour prétendre à l’égalité?

Le féminisme

Comme dans cette publicité dans laquelle un homme utilise un mètre de papier d’aluminium pour emballer une petite part de gâteau, ou fait déborder le lave-linge de lessive et s’apprête à dérouler la totalité de l’essuie-tout, stoppé par sa douce et la voix-off, un brin condescendante, qui souffle « Quoi qu’il fasse, il en utilisera toujours trop », les clichés de genre ont la vie dure.

C’est ce que cet équipementier sportif a décidé de décliner, en s’offrant l’image et la voix de Serena Williams, qui n’en est pas à sa première publicité féministe. Dans ce spot, elle encourage les filles à la folie, mais celle qui les poussera à réussir, à gagner, à relever tous les défis, et non pas celle dont on les accable lorsqu’elles pètent les plombs. Vais-je être plus respectée si je choisis de faire du sport équipée par la marque à trois bandes?

Je ne me sentirai pas plus femme ni légitime de l’être si je fais ma routine fitness en Nike. Je suerai tout pareil et continuerai à maudire ces dernières vacances à faire et manger du gras, du gras et du gras.

Mon couple ne se sentira pas plus équilibré si c’est le Conjugué qui fait déteindre mes tee-shirts à ma place. Je pourrai simplement me moquer de lui à sa place.

Mon trio à peine sorti de l’adolescence, soit « la génération qui vient », si je l’écoute, elle n’ira pas plus chez Aldi qu’à Lidl ou Auchan, il ira là où c’est le moins cher et le meilleur.

Je n’oserai pas non plus tout sous prétexte que j’ai une serviette Nana Sensitive collée au cul. À part peut-être tester les Always, pour dépenser mon bon de réduction.

Des publicités qui surfent sur d’autres tendances, comme le sexe, l’éducation, la santé, l’écologie, l’alimentation, vous en connaissez sûrement qui pourraient rejoindre cette liste. On en est noyés, du lever au coucher. Ils sont censés allumer dans notre inconscient l’envie d’acheter, de consommer. Mais à trop vouloir rester dans la tendance, ils s’éloignent du produit qu’ils sont venus nous vendre et ce que nous, consommateurs, en attendons.


Partager sur

10 commentaires


  1. La vraie question, c’est perd-on le sens critique ? Eduque-t-on au sens critique ? Pour ne pas tout avaler, tout prendre pour argent comptant, la pub comme la propagande qu’elle soit politique ou économique. Bien entendu tout n’est pas à jeter dans la publicité, mais je suis méfiant de nature, je sais, même si je suis un mec, que le liquide bleu transparent qu’on nous montre dans les pubs pour serviettes hygiéniques n’est pas le sans menstruel :p Je le sais parce que je ne suis pas teubé mais aussi parce qu’on m’a poussé à être curieux, à ne pas prendre des vessies pour des lanternes. Bisous ma Zette.

    1. Author

      Alors la publicité nous prend pour des pigeons et des naïfs au point de penser qu’on va acheter parce que la pub est jolie, marrante ou qu’elle met en avant de bons sentiments?

  2. Je me sens perdue face aux publicités, moi qui n’ai plus la télé depuis plus de 10 ans et qui les fuis quand elles apparaissent sur mon écran de PC ou de téléphone.

    Mais la plupart du temps, quand par erreur je tombe dessus, je reste perplexe quant au message qu’elle veut faire passer (enfin pas le vrai message qui est « achetez nos bousettes », l’autre dans la tendance qu’elles suivent).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.