Partager sur

C’est bientôt Noël, Noël arrive à grands pas, dans 11 dodos, c’est Noël, dernière ligne droite pour les cadeaux de Noël, « Alors, vous avez fini vos cadeaux de Noël? ».

Noël à toute heure

C’est là. Allongée sur cette table d’examen, en pull et culotte, regardant fixement mes orteils congelés pour ne pas croiser le regard de l’esthéticienne, armée de sa spatule et de sa conversation de saison, que j’ai réalisé.

Depuis la fin de l’été, Noël s’insinue l’air de rien dans nos univers. La bannette à spams de nos boîtes mails déborde sur la boîte de réception, les newsletters alléchantes regorgent de menus et idées festifs, les lots des concours sur les réseaux sociaux s’emballent, les wishlists s’allongent comme les titres des téléfilms et prennent la soudaine particule de Noël.

Tempête en novembre, t’en chies en décembre

C’est après la fête d’Halloween que tout s’accélère. Et c’est bien ça le problème. Noël, aujourd’hui, c’est une course.

Contre la montre, plus le temps passe, plus il passe vite, et ne pas avoir acheté tous ses cadeaux de Noël début décembre équivaut aujourd’hui à se retrouver lanterne rouge. Métro-boulot-dodo, on n’a plus le temps de rien, malgré l’ouverture des magasins le dimanche, ce jour le reste de l’année consacré aux grasses matinées, au ménage, au batch-cooking à la bête à deux dos et autres gourmandises.

Le cas épineux du sapin

Parce qu’un Noël sans sapin, c’est un peu comme Miss France sans écharpe, mais que ces temps-ci, abattre un arbre pour son bon plaisir est passible d’un bad buzz sur les réseaux sociaux, mais qu’un sapin en plastique, c’est pas bon pour la planète, on ne sait plus vraiment ce qu’on va illuminer ou décorer. Alors vive les tendances, bienvenue à l’échelle enguirlandée, le sapin autocollant, ou la palette de chantier revisitée.

Boules de stress

La paye de novembre, le 13e mois, la prime de Noël sont généralement le point de départ des festivités: la liste des courses prend des allures de parchemin. Au lait, aux oeufs, au papier-cul et filet de patates viennent se greffer les lettres des petits et grands au Père Noël. Et la petite boule au ventre, celle du budget à respecter par rapport au nombre têtes de pipe à satisfaire grossit au fil du mois de décembre.

Amazon ou fait maison

Tuer la créativité ou le petit commerce, ou les deux, mais être livré en temps et en heure, et déposer sous le sapin autant de petits paquets entre 0 et 30 euros que d’invités à table le 24 au matin, mis en balance avec la recherche du tuto DIY pour faire soi-même ses cadeaux de Noël pour toute la famille, s’y prendre en juillet, changer d’avis en septembre, tout cramer en novembre et emballer vite fait des sablés de Noël trop cuits à toute la tablée, tout bien tout pesé, y a pas photo, mais c’est l’intention qui compte.

Avoir les boules à Noël

Stress, courses, listes, budget, pression sociale, morale, réseaux sociaux, voilà ce que j’ai réalisé. Aujourd’hui, Noël, à vous lire, vous entendre, vous voir, ça n’est rien d’autre qu’une énorme source d’angoisses. Bien manger, bien recevoir, bien gâter. Mais pour quoi et pour qui au fond? Il y aura toujours quelqu’un pour décorer plus sa maison, sa table, son sapin, pour offrir plus aux enfants, aux parents, aux cousins, aux collègues ou voisins. On parle du blues des fêtes, de Noëlophobie, rien d’étonnant à cela lorsqu’on concentre autant de préoccupation et de pression dans une seule petite journée que tout le monde aura oubliée l’année d’après.

La wishlist idéale de Noël

Cette année, j’ai réalisé que depuis des années, avec ou sans mes enfants, avec ou sans ma famille, Noël se passerait de mes angoisses, de mon stress. Car ce qu’on a tendance à oublier, qui a disparu de nos listes, de nos voeux, de nos tables, ou de sous nos sapins, c’est le plaisir, le bonheur. Tout ce qui fait la magie de Noël.


Partager sur

4 commentaires

  1. Tu résumes parfaitement le dilemme protéiforme de Noël. On ne sait plus que penser et que faire, trop faire ou pas faire. Nous, pas de déco de Noël à la maison, donc pas de sapin plastique ou réel mort, pas d’illuminations, on s’amuse des illuminations excessives des voisins, quelques cadeaux raisonnés, ou pas de cadeaux. Pas notre tasse de thé, en fait.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.